Le temps global

Œuvres créées et actions sonores posées de manière répétitive tout au long des événements du printemps 2012. On y trouve aussi nombre de slogans scandés dans les rues lors des manifestations et autres souvenirs ou impressions d’ordre général.

Texte de Sophie Lamontagne
Montréal (coin des Pins et Clark), in Jacques Nadeau, Carré rouge ; le ras-le-bol du Québec en 153 photos, Montréal, Fides, septembre 2012, p. 114
« Sous mes fenêtres, coin des Pins et Clark, le paysage a changé. Depuis des semaines défilent ces gens qui sentent l’appel de la rue. Je ne parle pas de ces jeunes femmes pimpantes que j’ai l’habitude de voir en petites tenues et faisant la tournée des clubs sur Saint-Laurent, se dandinant à l’allée, titubant au retour. Je parle des jeunes, et des moins jeunes, qui envahissent les rues dans un bruit beaucoup plus inspirant que celui des chicanes de fin de soirée ou des bouteilles qui se brisent sur le trottoir. Ils propagent, eux, le grondement du changement. »

GRENADE ASSOURDISSANTE [ɡRənadasuRdisɑ̃t] n.f. et locution
Daniel Rondeau in Collectif, Dictionnaire de la révolte étudiante, Montréal, Tête première, octobre 2012, p. 88-89
« ⇒ Blessure, Peur, Police, Se faire passer un Victoriaville
Engin explosif conçu pour être lancé au-dessus d’une foule afin de l’effrayer et de la disperser. Les autorités qui font usage de ce type d’arme profitent des quelques instants d’abasourdissement pour se repositionner. / Ce type d’instrument est censé épargner la population visée de toute blessure dans la mesure où il éclate en hauteur. Lancée trop bas, que ce soit de façon intentionnelle ou par une main malhabile, la grenade assourdissante peut devenir aveuglante. / Par extension : révélation ayant des airs de bombe, largement médiatisée, afin de discréditer un adversaire, de détourner l’attention du public et de rendre ce dernier sourd aux véritables enjeux. Ex. : “Gabriel Nadeau-Dubois est un communiste”, “Amir Khadir est un terroriste”, “La hausse n’est que de 50 sous par jour”. Le projet de loi 78 en est aussi un exemple. Notons que dans ce dernier cas, l’assourdissement s’est perpétué dans l’écho des casseroles. »

SLOGANS [slɔgɑ̃] n.m.
Francis Loranger (Avec la collaboration de manifestants anonymes) in Collectif, Dictionnaire de la révolte étudiante, Montréal, Tête première, octobre 2012, p. 200-201
« ⇒ Éducation, Loi spéciale, Revendications, Solidarité
Mot emprunté à l’anglais, dérivé du gaélique sluagh-gairm (“cri de guerre clanique”), apparenté au germanique kerran (“crier”). Apparu en anglais au XVIe siècle pour désigner le cri de guerre des montagnards écossais, il prit au XVIIIe siècle l’acception de “devise d’un individu ou d’un groupe”, puis au début du XXe siècle, celles de “formule de ralliement d’un parti” et de “formule publicitaire”. En français moderne, il désigne une formule concise et percutante utilisée pour propager une idée. / Comme l’a illustré la grève étudiante de 2012, la connotation guerrière originelle et les racines vulgaires du mot affleurent encore dans l’usage contemporain. Durant le conflit, les slogans fusèrent de part et d’autre de la ligne de fracture idéologique, fortement marqués par l’antithèse, l’hyperbole, la métalepse, l’hyperbate, la syllepse… et la grossièreté. Ils dégénérèrent en une enflure verbale laissant présager une brillante carrière publicitaire tant pour les experts grévistes que pour les politiciens déchus / La compilation suivante immortalise les principaux slogans scandés durant les manifestations estudiantines ; elle témoigne de la créativité des manifestants et de la diversité de leurs allégeances. Ces slogans n’engagent évidemment que leurs auteurs respectifs, le plus souvent anonymes. / Éducation : / On veut étudier, on n’veut pas s’endetter. / So-so-so, sauvons l’éducation. / L’éducation n’est pas une marchandise ; l’université n’est pas une entreprise. / Des sous pour l’école, pas pour les monopoles. / Solidarité et combativité : / Avec nous, dans la rue. / À qui la rue ? À nous la rue. / À qui l’Québec ? À nous l’Québec. / Ce n’est qu’un début, continuons le combat. / On avance, on avance, on n’reculre pas. / Crions plus fort, pour que personne ne nous ignore. / Si la grève est étudiante, la lutte est populaire. / Un peuple uni jamais ne s’ra vaincu. / Un peuple instruit ne s’ra jamais soumis. / Étudiants, travailleurs, même combat. / Manif chaque soir, jusqu’à la victoire. / Revendications sociales : / Qui sème la misère récolte la colère. / Sabotage libéral, grève générale. / On ne négocie pas le recul social ; on le combat par la grève générale. / Les Québécois sont en colère, révolution… révolution, révolutionnaire. / Y’en a assez, assez, assez de s’faire fourrer ; grève générale illimitée. / Le capital nous fait la guerre ; guerre au capital. / Liberté n’est pas une marque de yogourt. / Jean Charest : / Assez, c’est assez, Charest doit démissionner. / Charest, décrisse, fais donc comme ta ministre. / Charest, si tu savais, ton budget, ton budget… où on se l’met : au cul, au cul, aucune hésitation ; non, non, non à la tarification ; oui, oui, oui à la gratuité scolaire. / Charest, ta yeule, on peut s’crosser tout seuls. / Charest, dehors, on va t’trouver une job dans l’nord. / Charest, salaud, le peuple aura ta peau. Le jour venu où tu s’ras dans “rue, on te bottera le cul.” / Police : / Police partout, justice nulle part. / No justice no peace; fuck the police. / Si la police nous suit, c’est parce qu’elle nous appuie. / La police c’est dangereux, ça crève les yeux. / Un flic de moins, c’est un œil de plus. / S-SPVM, police politique. / Loi spéciale : / On est plus que cinquante, on est plus que cinquante. / La loi spéciale, on s’en câlisse. / La loi matraque, on s’en tabarnaque. / C’est pas une loi spéciale qui va nous faire plier ; grève générale illimitée. / Nudité et sexualité : / Sans vêtements, pour un gouvernement transparent. / Un peuple tout nu jamais ne s’ra vaincu. / Tant qu’à s’faire fourrer, on va s’déshabiller. / On a de la libido pis des idéaux. / On se les gèle pour le gel. »

TINTAMARRE [tɛ̃ntamaR] n.m.
Claudia Larochelle in Collectif, Dictionnaire de la révolte étudiante, Montréal, Tête première, octobre 2012, p. 200-201
«⇒ Carré rouge, Casserole, Rue
1. Bruit causé par un retentissant mouvement de foule. / 2. Mot inspirant souvent entendu pour la première fois dans la cour d’école dans la comptine Trois p’tits chats. ‘Trois p’tits chats, trois p’tits chats, trois p’tits chats chats chats […] Tintamarre, tintamarre, tintamarre, marre, marre […]’. Les origines de ‘tintamarre’, mot inventé pour cette chanson d’enfance, remonteraient au XXIe siècle, quand trois p’tits chats plus dégourdis donnèrent naissance à une nouvelle race féline combative au pelage tacheté de carrés rouges et se multipliant par milliers. Ceux-là on n’avait pas réussi à les castrer. Quand ils sortaient les griffes, levaient la queue, arrondissaient le dos et dressaient leurs oreilles pour se promener dans les rues et miauler leur envie de liberté et de justice, il se passait un tintamarre. Les p’tits chats voulaient aller s’instruire sans avoir à y laisser tous leurs poils. Ils en avaient besoin pour passer à travers les grands froids de leur jeune vie. De jour comme de nuit, ils faisaient du bruit pour montrer qu’ils voulaient réussir leur avenir et obtenir de bons résultats scolaires. D’ailleurs, avant tintamarre marre marre, n’y a-t-il pas ‘bulletin, bulletin, bulletin, tin tin’ ? Il y a aussi ‘paillasson, paillasson, paillasson son son’, mais il s’agit plutôt là d’un clown au pelage frisé, sort de ‘somnambule, somnambule, somnambule bule bule’ qui les empêchait d’avancer. Persévérante, autour de 20 h tous les soirs, la chatterie sortait ses écuelles en métal et cognait très fort dessus avec des cuillères à lait. Le tintamarre amenait d’autres chats tachetés à se joindre à eux pour en finir avec le clown frisé et ses moutons qui tiraient de la patte. Même les chiens ne suffisaient pas à la tâche pour les faire taire et ils rentrèrent au chenil la queue entre les jambes. Les chats, eux, retombent toujours sur leurs pattes. ‘Trois p’tits chats, trois p’tits chats, trois p’tits chats chats chats’ »

Souvenir de Régine Debrosse
Montréal, souvenir reçu via Facebook, mur de Symon Henry, 2 décembre 2017
« Je me rappelle juste d’un moment ou je marchais pour rejoindre des amis pendant une des plus grosses manifs. Le trajet faisait marcher les manifestants vers l’est sur Sherbrooke, ils tournaient sur Berri ou Saint-Denis, et ensuite ils marchaient vers l’ouest sur Sainte-Catherine.
À ce moment-là, j’étais sur Ontario pour couper la foule et rejoindre mes amis plus loin. Je me souviens juste de cette impression extraordinaire, presque irréelle, de silence presque parfait — le genre de silence que tu aurais à 5 h quand le soleil est en train de se lever, mais que personne n’est debout, ou les rues sont vides. Donc tout autour de moi c’était ultra silencieux, vide, personne, et tout ce qu’on entendait, c’était la clameur populaire, au loin. Pour moi c’est ce son-là, je suis pas sûre que ça vous aide, mais… »

Souvenir d’Aurélie Brunelle
Montréal, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 24 avril 2018
« Chanson : youhou Charest t’es où ? »

Souvenir de Marie-Ève Fortier
Montréal, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 28 avril 2018
« Je retiens surtout les slogans scandés à tue-tête dans les manifs. Certains plus pacifiques, d’autres plus trash.
– À qui la rue ? À nous la rue !
– Charest, dehors, on va t’trouver une job dans l’Nord
(J’ai aussi entendu : ‘Charest, t’es mort, […] coffre de char’)
On ajoute à ça :
– Diverses chansons sur le pavé, la liberté, la révolution
(L’Internationale : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Internationale)
– La chanson Libérez-nous des libéraux, de Loco Locass
– Des poèmes de Gaston Miron
– Des fanfares
– Les casseroles
Les gens pouvaient crier, scander, taper des mains et certains avaient des trompettes de carnaval ou d’autres patentes qui font du bruit (comme ce qu’on a dans les partys kitsch de Nouvel An).
Exemple : la mémorable manifestation nationale du 22 mars 2012 à Montréal. »

Souvenir de Magali Simard
Montréal, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 17 mai 2018
« Les bombes assourdissantes lors des manifestations de nuit; le fond de discussion paisible qui accompagnait les manifestations nocturnes malgré le nombre de gens qui marchaient; les policiers qui cognaient sur leurs boucliers en avançant vers la manifestation. »

Souvenir de Patrice Obertelli
Montréal (coin Saint-Denis et Boucher), souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 18 mai 2018
« J’habite près de Saint-Denis/Boucher ou de multiples manifestations commençaient leur parcours. Ma fille avait deux ans, nous étions souvent fatigués et le printemps érable pour nous c’était surtout du bruit qui nous empêchaient de nous reposer les rares moments ou ne le pouvions, nous travaillions à plein temps, étudions tous les deux, avions un enfant en bas âge. Nous avions du mal à comprendre pourquoi des gens privilégiés qui paient les frais de scolarité parmi les plus bas du monde occidental devaient absolument faire autant de bruit. À chaque fois que le bruit montant d’une manifestation commençait, je pensais aux millions de gens qui aimeraient être dans un pays où les études sont tellement accessibles que tu peux choisir le domaine dont tu as envie sans même te préoccuper des choix de carrière future (j’ai un bac en littérature, je sais de quoi je parle). Pour moi le bruit du printemps érable, c’est une petite fille de bourgeois qui pleure en se roulant par terre parce qu’elle n’a pas eu la dernière poupée Barbie pour compléter sa collection. »

Souvenir de Catherine Dupuis
Montréal, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 21 mai 2018
« Je me souviens de la rue comme d’un fond sonore brumeux. Les voix, nos pas et les sifflets des policiers s’alourdissaient dans mes tympans à mesure que l’intensité du moment augmentait jusqu’à ne plus être qu’un bruit absent, un bruit qui n’importait plus. Je ne pouvais suivre que le rythme saccadé des pas de course de mes camarades comme seul tempo sur lequel me fier ; j’aurais presque pu fermer les yeux, ne compter que là-dessus. »

Souvenir de Geneviève Gosselin-G
Montréal/Myanmar/Vietnam/Thaïlande, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 25 mai 2018
« Lors de la grève de 2012, j’ai été pour longtemps loin du Québec. Il s’adonnait que j’avais prévu un voyage avec l’une de mes bonnes amies du Cégep, Laurence (qui justement est tout près de donner naissance à sa fille), et que pendant cette période, nous étions en pleine exploration du Myanmar, du Vietnam et de la Thaïlande. J’ai ainsi manqué toute la première moitié de la grève, qui je l’ai compris, était l’un des moments les plus marquant de l’histoire récente du Québec. Mes souvenirs sonores viennent donc des vidéos (avec un son exécrable) qui venaient de mon amoureux, que je venais de quitter après 1 mois de relation, pour 3 mois, et de mes ami(e)s de l’université. À la fois, j’ai senti que je n’ai pas fait partie d’un moment primordial, mais surtout, mon cœur était entièrement avec les gens qui manifestaient au Québec, sans pouvoir y être physiquement. C’était un double mal d’amour.
J’ai encore aujourd’hui l’impression d’avoir manqué l’un des moments des plus importants de mon siècle, en sachant toutefois que rien n’a changé et que nous vivons encore dans un moment à redéfinir. Je dois avouer que lorsque je recevais des vidéos où j’entendais mes camarades refuser et se réinventer, j’étais fière ! Mon cœur entier vous accompagnait, et mon énergie accumulée pourrait vous soutenir pour la prochaine insurrection. Mes souvenirs sonores ont donc été entremêlés de ceux de l’attente des nouvelles du Québec, et de pays où la nature et le langage étaient paisibles, presque indifférents au sort des Québécois, malgré que les problématiques qui s’y jouaient étaient dramatiques (Myanmar). J’ai vécu la grève sous fond de chants d’oiseaux et de rivières, alors que je parcourais des pays meurtris et que j’attendais des nouvelles de ma génération qui faisait tout ce qu’elle pouvait pour changer le cours des choses. »

Souvenir de Roxane Nadeau
Rimouski, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 6 juin 2018
« Il y a eu plusieurs sons de la grève étudiante rimouskoise qui sont communs à ceux de Montréal, comme les casseroles, les percussions, les messages au porte-voix de la police. Mais celui qui m’a marquée est moins public et plus personnel. Après un vote de grève, j’étais seule dans le corridor du Cégep de Rimouski, et j’ai entendu l’écho d’un étudiant qui pleurait un peu plus loin. Je ne vais pas en dire plus sur le camp de l’étudiant ou l’issue du vote qui avait précédé : c’est surtout le son qui est important. Ça représentait bien le stress des dernières semaines et le caractère un peu trop intime qu’avait pris l’école en tant que lieu. »

Souvenir de Marika Dostie
Québec, souvenir reçu par message privé sur Facebook le 20 juin 2018
« J’ai vécu le printemps érable à Cap Saint-Georges, à Terre-Neuve-et-Labrador. Je me sentais isolée, dans l’incompréhension de toute cette violence, inquiète, impuissante et j’avais l’impression de manquer une tranche d’histoire. Ma seule façon de participer à tout ça était d’écouter des vidéos de ce qui se passait au Québec, de parler avec mes amis qui étaient sur place et au final j’ai eu la chance de faire une marche avec des casseroles lorsque j’étais à Saint John’s. On était pas beaucoup, ce n’était sûrement pas aussi impressionnant qu’au Québec, mais on était là. Un beau mélange de gens provenant de différents endroits au Canada et même d’Europe, affichant fièrement leur carré rouge et leur casserole. Ça m’a fait du bien. »

Souvenir de Simon Chioini
Montréal, souvenir reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 21 juin 2018
« Deux instants me viennent particulièrement en tête, pour m’avoir surpris sur le moment et parce qu’ils m’apparaissent comme des figures éclatantes à travers de longues semaines de bruit constant.
Le premier souvenir a lieu au centre-ville, en plein coeur d’une manif nocturne. Nous sommes des milliers à marcher au pied d’une tour résidentielle et à faire le plus de bruit possible pour faire entendre notre message. L’un des résidents n’apprécie définitivement pas notre approche et prodigue des insultes aux manifestants. Je me souviens clairement du son de sa fenêtre brisée par nos pierres.
Plus tard la même soirée, la foule s’est fait disperser par la police. La marche s’est fait sommes toute de façon pacifique. Nous sommes une dizaine sur Sherbrooke à prendre le chemin du retour. J’entends encore le son d’un carreau éclater, brisé par un passant, alors que la marche est terminée et que le silence est retombé. À travers le silence, le fracas résonne violemment. Je n’ai jamais pu comprendre ce geste. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.