Présentation

Québec : traces sonores du printemps 2012
« et tout ce qu’on entendait, c’était la clameur populaire, au loin »

Ce carnet de terrain présente un recueil de données sonores liées au mouvement social du printemps québécois de 2012. Les éléments récoltés couvrent un éventail allant de la pièce de musique expérimentale à la chanson populaire, en passant par le bruit des casseroles et des hélicoptères sous forme d’enregistrements sonores ou de descriptions textuelles, entre autres. Les auteurs catégorisent les données de manière temporelle et spatiale. Cette enquête offre un bassin de ressources primaires ayant trait au printemps 2012, et se veut un outil de recherche et de dialogue pour d’éventuels chercheurs s’intéressant aux questions de musique et de politique, de sons et d’espace et de mémoire populaire.

Québec : traces sonores du printemps 2012 fait partie du numéro « Engagements sonores : éthique et politique » (vol. 28, no 3, 2018) de Circuit, musiques contemporaines, sous la direction de Luis Velasco-Pufleau.

Contact :
Symon Henry : symon_henry@yahoo.ca
Emanuelle Majeau-Bettez : emanuelle.majeau@gmail.com

Vous aimeriez partager une description d’un souvenir sonore, nous signaler l’existence d’une trace sonore que vous possédez ou d’une œuvre musicale que vous avez composée? Écrivez-nous et nous serons heureux de mettre à jour notre enquête : info@revuecircuit.ca

Je me rappelle juste d’un moment où je marchais pour rejoindre des amis pendant une des plus grosses manifs. Le trajet faisait marcher les manifestants vers l’est sur Sherbrooke, ils tournaient sur Berri ou Saint-Denis, et ensuite ils marchaient vers l’ouest sur Sainte-Catherine.

À ce moment-là, j’étais sur Ontario pour couper la foule et rejoindre mes amis plus loin. Je me souviens juste de cette impression extraordinaire, presque irréelle, de silence presque parfait — le genre de silence que tu aurais à 5 h quand le soleil est en train de se lever, mais que personne n’est debout, ou les rues sont vides. Donc tout autour de moi c’était ultra silencieux, vide, personne, et tout ce qu’on entendait, c’était la clameur populaire, au loin. […]

Régine Debrosse, Montréal, souvenir reçu sur le mur Facebook de Symon Henry, 2 décembre 2017

À l’image du souvenir de Régine Debrosse, ce carnet retrace certains des sons, des chansons, des bruits et des clameurs que le chaud printemps 2012 a laissés derrière lui au Québec. Classées par temporalités — le temps des actions, des casseroles, des chansons, etc. — plutôt que par genres musicaux, les traces sonores recensées dans cette enquête invitent le lecteur à replonger au temps de leur émergence. Ainsi, six ans plus tard, on réécoute, par exemple, le 25 mai 2012 à 21 h à l’intersection des rues Villeray et Saint-Hubert à Montréal, et l’on entend des personnes âgées qui commentent le passage d’une manifestation étudiante ; on entend le 22 avril 2012 où, pour le Jour de la Terre, des milliers de cloches ont sonné partout au Québec. Au détour, on y redécouvre les chansons composées en lien avec ces évènements par des artistes connu.es de la pop ou du hip-hop, ainsi que par des moins connu.es, devenu.es chansonniers et chansonnières d’un printemps et immortalisé.es dans les méandres de YouTube ou de Bandcamp. Promenade sonore un peu sauvage, donc, et qui donne lieu à des côtoiements aussi inattendus que contrastants : Ariane Moffatt, DJ-Horg, Yann Perreau, Godspeed You! Black Emperor et Jon Lajoie se retrouvent sous le même indexe qu’un groupe d’étudiant.es du Cégep de Drummondville, qu’un certain Jasmin Lafortune alias PoPO, ou que 2 Bonnes Patates, un band dont la production se résume, à notre connaissance, à une seule chanson

Un printemps tout en contrastes où la ballade romantique Dans les Yeux de Léo de DouceRebelle aura été mise en ligne la veille de la chanson punk Osti d’Frisé du band Shyshit Unexpect Dark Shit of Death. Un printemps tout en résonances, aussi, puisque de différents regroupements et actions sont nés des projets artistiques pérennes aussi divers que le label Acte, le band post-punk Ought ou encore l’Orchestre Symphonique de l’Agora.

Chorales, orchestres, nombreuses pièces de musique contemporaine et autres concerts marquants y sont détaillés, souvent grâce à la générosité des musicien.nes, compositeur.es ou témoins qui ont bien voulu partager leurs souvenirs et autres documents pertinents. Entre deux chansons plutôt ludiques, on y retrouve également certains documents écrits et hyperliens sonores qui témoignent du cas de Mise en demeure, ou encore des chansons Charest dans un coffre de char et !!! GARDE TA MAIN SUR LA BRIQUE !!! (L’Internet feat. le SPVM), créations controversées de par la violence de leurs propos. Mu.es par le sentiment qu’un devoir de mémoire était de mise, nous avons répertorié un large éventail de sources sonores primaires ayant pour but premier de servir d’outil de travail pour des projets de création ou de recherche futurs. Quelque 120 sources ont été recueillies jusqu’à maintenant et puisqu’il ne s’agit évidemment que d’un échantillon, nous espérons que ce projet de collecte de donnée continuera de croître au fil des ans, pour ainsi préserver quelque chose de l’ampleur, de l’originalité, et de la diversité des sonorités de l’époque.

Note : Emanuelle Majeau-Bettez était étudiante au baccalauréat en musicologie et piano à l’Univerrsité McGill lors du printemps 2012. Symon Henry, pour sa part, était alors étudiant à la maîtrise (DESM II) en composition et analyse musicale au Conservatoire de musique de Montréal où il était représentant des compositeur.es à l’Association étudiante et membre de son comité de grève. Nous avons tenté d’approcher la recension des traces sonores de ce moment important de l’histoire sociale québécoise avec le plus d’objectivité possible en nous basant sur nos réseaux (artistiques, scolaires et sociaux) et ressources propres pour ce faire, tout en reconnaissant bien évidemment les limites de cette démarche.

À propos des auteur.es

Emanuelle Majeau-Bettez est étudiante au doctorat en musicologie et études féministes à l’Université McGill, où elle est supervisée par monsieur David Brackett. Sa recherche sur la compositrice de musique électronique Éliane Radigue est soutenue par le Fond de recherche du Québec (FRQSC) et par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). Emanuelle a présenté le fruit de son travail au 85e Congrès de L’Association francophone pour le savoir (Acfas), à la 14e biennale du International Feminist Theory and Music Conference (FT&M) et au Canadian University Music Society Conference (MusCan). Emanuelle est également une professeure de piano et une accompagnatrice dévouée, et elle est la pianiste du trio montréalais Môkôcê.

Emanuelle Majeau-Bettez is a PhD student in Musicology and Women and Gender Studies at McGill University, where she is supervised by Prof. David Brackett. Her research on French electronic composer Éliane Radigue is funded by the Fond de recherche du Québec (FRQSC) and by the Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC). In 2017-18, Emanuelle has presented her research at the 85th Congress of L’Association francophone pour le savoir (Acfas), at the International Feminist Theory and Music Conference (FT&M), Canadian University Music Society Conference (MusCan) and at the Société québécoise de recherche en musique (SQRM). Alongside her academic life, Emanuelle is a devoted piano teacher and accompanist, and is the pianist of the Montréal trio Môkôcê.

Symon Henry travaille sur différents projets abordant la création (composition, interprétation, improvisation), la réflexion esthétique et la poésie. Il s’intéresse tout particulièrement aux frontières entre le musical et d’autres formes d’art telles que le théâtre, l’installation ou la performance. Son premier recueil de poésie, son corps parlait pour ne pas mourir, ainsi que son premier livre de partitions graphiques, voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, sont parus en 2016 aux Éditions de la Tournure. Son travail visuel a fait l’objet d’expositions chez Gham & Dafe, au Livart, à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal ainsi qu’au Palazzo Ducale di Lucca. Sa démarche a aussi été marquée par ses études à Montréal, Paris et Stuttgart. Ses œuvres ont été interprétées en Amérique du Nord, en Europe et en Asie par des ensembles tels que l’Orchestre symphonique HSO-Stuttgart, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Ensemble SurPlus, l’Ensemble Aventa et le Nouvel Ensemble Moderne.

Symon Henry works on a variety of creative projects—composition, performance, improvisation—exploring the boundaries between music and other art forms. He is particularly interested in the boundaries between music and other art forms such as theater, installation or performance. His first collection of poetry, son corps parlait pour ne pas mourir, as well as his first art book of graphic scores, voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, appeared in 2016 at Éditions de la Tournure. His visual art work has been exhibited at Gham & Dafe, Livart, Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal and at the Palazzo Ducale di Lucca. Henry’s artistic approach has been influenced by his studies in Montréal, Paris and Stuttgart. His works have been performed in North America, Europe and Asia by ensembles such as the HSO Symphony Orchestra Stuttgart, Orchestre symphonique de Québec, Ensemble SurPlus and Nouvel Ensemble Moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.