Le temps des résonances – 2013

Œuvres créées et traces laissées après l’élection du gouvernement péquiste de Pauline Marois, soit le 7 septembre 2012, et qui doivent leur émergence aux événements du printemps 2012.

Printemps Érable
DJ-Horg, album, mis en ligne sur bandcamp le 24 janvier 2013

https://dj-horg.bandcamp.com/album/printemps-rable
Genre (Tel qu’indiqué sur la plateforme bandcamp) : hip hop/ rap
Arrangements, mixing et scratch : Dj Horg
Musique : Dj Horg, sauf piste 2 par Téhu et piste 13 par Efix Air
Pistes de l’album : 1.Le remix du tintamarre (bill 78) 02:25 – 2.Dj Horg, Dézuets d’Plingrés & Booyah – #manifencours 04:00 – 3.Dj Horg, Webster, Monk.E & Obia le Chef —L’heure est grave 03:22 – 4.Dj Horg, Cheak13, Jeune Chilly Chill, FiligraNn, Mc Aussi — Éradiquer les radicaux 03:48 – 5.Dj Horg, Bonito & Azazel – Génération Z 04:07 – 6.Beeyoudee, Dj Horg, BF, Helmé, Murph, Jules & Dernier Bastion — Carré rouge 05:47 – 7.Dj Horg, Showme & Riopel —Le dédain 03:54 – 8.Dj Horg, Beeyoudee & Leveq — Écoeurite aigüe 03:57 – 9.Dj Horg, Ketzal & Murph – Envers et contre nous 03:21 – 10.Dj Horg, Mops, Le R & Nemesis – Plan Sud 03:56 – 11.Dj Horg, BF, Syme, Helmé & Ben Lindien — Champ gauche 04:46 – 12.Dj Horg, D-Track & Cheak13 – Hymne à la marche 04:33 – 13.Dj Horg, Holymel, Pres One & Delta – Porte un Hijab ! 02:39 – 14.Rodrigo Tortillas, Sola & Marion – El plan de la muerte 03:23 – 15.Beeyoudee, Dj Horg, BF, Helmé, Murph, Jules & Dernier Bastion — Carré rouge (remix) 05:03

Réactions et/ou couverture de presse partielle :

  • Dj Horg en entrevue présentée par Hiphopfranco, ajoutée le 7 juil. 2012 sur la chaîne YouTube de HipHop Franco : https://www.youtube.com/watch?v=00j0weVZwxY
    Description sur YouTube : « Dj Horg, ancien membre de Cavaliers Noirs, parle de la compilation Printemps Érable. La compilation, disponible en téléchargement gratuit sur HipHopfranco.com, se présente comme une compilation engagée contre la hausse des frais de scolarité, la loi 78, la brutalité policière, le Plan Nord et traite également du droit de manifester. »
  • PRINTEMPS ÉRABLE, L’ALBUM : UNE PRÉSENTATION DE DJ HORG ET HIP HOP FRANCO, voir.ca, 3 juillet 2012, https://voir.ca/nouvelles/actualite-musicale/2012/07/03/printemps-erable-lalbum/
    Extrait : « Afin de mettre sur pied le projet, DJ Horg s’est inspiré de capsules vidéos dans lesquelles des artistes de la scène hip hop se positionnaient contre la hausse des droits de scolarité. Par la suite, une vingtaine d’entre eux se sont joints au projet, dont Jeune Chilly Chill, Webster, Nemesis, Beeyoudee et D-Track. // Les initiateurs du projet souhaitent ainsi conscientiser le public aux différents enjeux sociaux, mais également montrer qu’il existe encore de nombreux angles de traitement de la crise sociale, et ce malgré le fait qu’elle a été grandement exploitée ces derniers mois. »
  • Artistes Variés – Compilation Printemps Érable, Anzoo, ghettoerudit.com, 17 juillet 2012, http://ghettoerudit.com/blog/2012/07/17/dj-horg-hiphopfranco-com-printemps-erable/
    Extrait : « Au-delà de l’aplaventrisme souhaité par la radio-poubelle, la crise étudiante est devenue un véritable cri de ralliement pour une pluralité d’acteurs de la société québécoise souhaitant transformer le Québec de demain. La compilation Printemps Érable s’inscrit comme une véritable trame sonore de ce conflit à la fois générationnel, identitaire et sociopolitique. Sous la direction musicale de Dj Horg et présentée par le site Hiphopfranco.com, cette compilation offre 15 pièces, dont un remix de la pièce intitulée “Carré rouge”. // Les bruits des tintamarres contre l’infâme loi 78 donnent immédiatement le ton au recueil musical où la politisation des rimes est de mise. Ainsi, dans “#manifencours” Helmé et Booyah déversent leurs connaissances sociopolitiques sur un excellent beat produit par l’autre moitié de Dézuets d’Plingrés, Téhu. Compte tenu de son engagement politique dans les nombreuses manifestations, la présence d’Helmé sur d’autres morceaux, dont “Champ gauche” et “Carré rouge”, va de soi et renforce la portée sociale du projet. La parole donnée aux mc’s valse au travers une riche palette d’émotions et de messages exprimant unanimement leurs désarrois face à la gouvernance de Charest. Sur la pièce “L’heure est grave”, des analogies de la crise étudiante au Québec avec des situations d’injustice vécues ailleurs sont habilement exprimées par d’autres érudits du ghetto, dont Webster, Monk.e & Obia Le Chef. Rappelant la situation des Haïtiens au Québec ayant fuis Duvalier, le texte d’Obia Le Chef est vraiment “lev sup” et se classera probablement parmi les meilleurs verses de 2012. // D’autres performances sont également dignes de mention, notamment celles de Jeune Chilly Chill, Filigrann et Cheak 13 sur “Éradiquer les radicaux”. Toutefois, la mongness est définitivement atteinte lorsque Cheak 13 crache : “c’est pas une question de parti politique ou d’allégeance/ je déposerais mon mic en feu dans leurs pompes à essence/parce que c’est pas en étant libéré des libéraux que l’élite va arrêter d’essayer d’éradiquer les radicaux”. // Cependant, deux bémols que je tiens à souligner. D’abord, la forte présence d’un style de beat glorieux/épique digne de l’explosion du Parlement de Westminster à Londres à la fin du film V pour Vendetta. Cette esthétique sonore devient un peu lourde après 15 morceaux. Compte tenu de la nature de ce projet, je comprends que le message prime avant tout. Ce qui m’amène à ma deuxième critique. Avec un projet musical aussi sérieux, j’ai encore des doutes sur la pertinence d’inclure Rodrigo Tortillas sur la chanson “El Plan de la muerte”. Mes réticences se fondent tant sur la crédibilité de son message que de la façon qu’il est délivré (“avec oune plang nord tou né plou mon amigo” – dit avec accent latino-américain). Heureusement que le morceau est secouru par le refrain de Sola ainsi que la puissante voix de Marion. // Reste que l’enchaînement des pièces est très bien réalisé sur Printemps Érable. En effet, on ne se sent pas l’urgence de skipper, car il y en a pour tous les goûts sur cet album hip-hop. Loin de la belle vie imaginée par Richard Martineau, Laurent Proulx et Éric Duhaime dégustant une bonne sangria sur une terrasse d’Outremont avec leur carré vert, cette compilation respire la soif de changement à tous les niveaux. Comme la solidarité du carré rouge à la sauce hip-hop risque d’être trop forte pour leur fin palais, je leur conseille de prendre une autre gorgée de sangria pour faire passer l’album ! À la santé étudiante ! // 3.9/5 »
  • http://www.lapresse.ca/arts/musique/critiques-cd/201207/06/01-4541412-hip-hop-artistes-varies-engagez-vous-quils-rappaient-.php
  • https://voir.ca/cinema/2017/02/22/il-y-a-cinq-ans-le-printemps-erable/

Le fond de l’air est rouge
Indochine, chanson, lancement de l’album Black City Parade le 8 février 2013 (France), Label : Arista France, 4 min. 56

Genre : Pop/Rock français
Au Québec : concert au Centre Bell le 24 mai 2013
Vidéoclip par Xavier Dolan
Contexte de création : « “J’étais isolé à Bordeaux pour écrire. Des amis québécois me parlaient de ce qui se passait au Québec. Je trouvais ça fou, car personne n’en parlait en France, se souvient Sirkis. Je n’y connais rien, mais j’ai été choqué par la façon méprisante du premier ministre de l’époque de s’adresser aux étudiants.” Le chanteur s’est réjoui de voir les Québécois descendre dans la rue. “J’ai été touché par ce mouvement, pour ce qu’il défendait, par sa spontanéité… Enfin, il se passe quelque chose au Canada et au Québec. Ici, on a des révolutions tous les trois ans. C’est plus restrictif au Québec. Il n’y a pas la liberté qu’on peut avoir dans une ville comme Berlin en Europe”. » (Entrevue avec Émilie Côté pour LaPress, 6 mars 2013)
Réactions et/ou couverture de presse partielle :
– Côté, Émilie. INDOCHINE : Inspiré par le Québec, LaPresse, 8 février 2013, http://www.lapresse.ca/arts/musique/entrevues/201303/06/01-4628221-indochine-inspire-par-le-quebec.php
– 
http://www.chartsinfrance.net/Indochine/news-94487.html

Full_Foule
Charles Quevillon, œuvre musicale pour quintette de cuivres, batterie et sons fixés, 14 min.

Partition : https://charlesquevillon.files.wordpress.com/2016/08/cq_full-foule_score_2013.pdf
Création : 26 février 2013, Petit Campus, Montréal, Québec
Interprètes lors de la création : Ensemble Magnitude6
Note : « Musique qui explore les concepts de ville, de vitesse et de bruits dans un langage énergétique où la sonorité claire et brillante des cuivres contraste avec le timbre bruité de la partie électroacoustique. C’est une pièce qui puise son inspiration dans les événements du Printemps Érable en 2012. » (Reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 22 avril 2018)

21 courtes pièces sur des textes d’Étienne Lalonde
Étienne Lalonde (texte) et André Hamel (musique), mezzo-soprano et 10 instrumentistes (œuvre spatialisée), 40 min.
Création : 26 février 2013, concert « Au-dessus de l’horizon », festival MNM
Interprètes lors de la création : Marie-Annick Béliveau, mezzo-soprano ; Ensemble Allogène ; George-Étienne d’Entremont, chef
Notes : « Cette œuvre, créée par Marie-Annick Béliveau et l’ensemble Allogène le 26 février 2013, a été écrite à partir de textes du poète d’Étienne Lalonde. Cependant les textes ne se réfèrent aucunement au “Printemps érable”. Les traces de ce mouvement social se retrouvent plutôt dans la musique comme telle. Je dirais qu’elles y ont pris place de manière plus ou moins consciente, du moins au début du travail d’écriture. On retrouve ces traces dans la récurrence de coups répétés à la percussion sur des instruments métalliques, notamment la cloche à vache et les tambours de freins. » (Reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 29 avril 2018)
« Bien que les 21 courtes pièces n’aient pas été écrites comme telles avec une arrière-pensée politique, on pourrait considérer comme des traces (+ ou – inconscientes) du printemps érables les éléments suivants : / D’abord et de façon évidente la percussion dans : / IV. Mal de mai  / XIII. Les machines du ciel gras / XXI. Nous avons mis le jour à dormir / Mais on peut aussi en voir au piano entre autres dans / I. De petites anémones / dont l’accord répété (piu lento) constitue en quelque sorte le germe de toutes interventions saccadées de l’œuvre. / Également au piano dans : / V. Dormir, voyager, exister / et dans une moindre mesure, à la main droite dans / XIII. Les machines du ciel gras. / Aussi en réminiscence dans les quintes diminuées des violons dans VI. Plusieurs têtes dans le même crime / Mais surtout, toujours aux violons et violoncelle dans : / XI. Cette idée inventée de l’aube / On pourrait également conclure que le motif répété de la contrebasse dans X. Un enfant bascule dans mon regard découle du même geste. / Selon cette analyse, on retrouverait donc des traces des manifs contre la loi 78 dans 8 des 21 pièces. / Quant à moi, tout ce que je puis dire, c’est que j’ai réalisé cette parenté en cours de travail. » (Courriel d’André Hamel à Symon Henry, 5 mai 2018).

Ensemble
Alexis Raynault, œuvre musicale pour grand orchestre, env. 10 min.

Création : 23 et 24 mars 2013, église Saint-Jean-Baptiste
Interprètes : Orchestre symphonique du Conservatoire de musique de Montréal
Autre mode de diffusion : Soundcloud
Note : « Le petit texte de présentation sur Soundcloud devrait aider [à mettre l’œuvre en contexte, NDR] ; d’un point de vue purement sonore, les batucadas des manifestations font irruption à la fin de la pièce. On entend aussi de réelles vuvuzelas. » (Reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 22 avril 2018)

Criminals
Groenland, Chanson tirée de leur premier album The Chase, Lancement de l’album : le 16 avril 2013, label : Bonsound, 3 min. 54

Genre (tel qu’indiqué sur YouTube):
Alternative/Indie, Rock
Chanson disponible sur YouTube, iTunes, bonsound.com
Instrumentation : Voix, piano, batterie, basse, violoncelle, violon, synthétiseur.
Description : « C’est une pièce indie pop très énergique, mais avec un aspect un peu dramatique créé par une note en pédale au piano. Elle parle de la grève étudiante et du mouvement social qui en est né. J’ai voulu créer un effet de chorale avec les membres du band pour représenter les manifestants. Je raconte une journée très précise de la grève. Je parle du point de vue du jeune manifestant qui parle à la société ou à ses parents, ou même à la police. Le refrain vient parler d’idéaux et adoucit la chanson dans la progression d’accord qui ouvre » (Description partagée par Sabrina Halde par l’entremise de notre formulaire en ligne le 18 mai 2018).
Contexte de création : Conversation avec la chanteuse du groupe Sabrina Halde sur Facebook le 6 décembre 2017 : « Salut ! Je suis la chanteuse de Groenland, j’ai vu que vous faisiez un travail de mémoire sur les tounes créées autour de la grève. Mes paroles pour notre chanson “Criminals” viennent d’un événement fou de la grève. »
Réactions et/ou couverture de presse partielle :
– « The collection of unique chamber pop sold more than 32,000 units in Canada, which is huge in this age when paying for music is a novel concept. They also performed in the neighbourhood of 160 shows here and in Europe — doing particularly well, oddly enough, in Germany. » The Montreal Gazette, September 22, 2016 http://montrealgazette.com/entertainment/music/pop-montreal-groenland-finds-a-wider-space-on-second-album
– 
“Nominations such as Album of the Year – Anglophone at the ADISQ awards” (bonsound.com)
– http://www.quipmag.com/album-review-groenland-the-chase/
– 
http://www.lapresse.ca/arts/musique/entrevues/201304/13/01-4640670-groenland-the-chase-creativite-et-espoir-pop.php
– 
http://exclaim.ca/music/article/groenland_map_out_western_canadian_fall_tour
– 
http://montrealgazette.com/entertainment/music/pop-montreal-reviews-the-kills-groenland-john-cale-etc
– 
http://www.journaldemontreal.com/2016/09/13/un-espace-serein-pour-groenland

Vertiges
Nicolas Gilbert, œuvre musicale pour violon principal, piano principal, 13 instruments à vent, percussion et narrateur, 28 min.
Partition :
https://www.dropbox.com/s/35gfo6mwjmz24ib/Vertiges%20%289%20janvier%29.pdf?dl=0
Création : 21 avril 2013, Théâtre Centennial (Lennoxville)
Interprètes lors de la création : Ensemble contemporain de Montréal (ECM+), dir. Véronique Lacroix
Une reprise après la création : le 1er mai 2013, Salle Pierre-Mercure
Réactions et/ou couverture de presse partielle :
– http://www.cettevilleetrange.org/les-doubles-vertiges-de-nicolas-gilbert/

Fil rouge
Jimmie Leblanc, œuvre musicale pour quatuor de saxophone, 15 min.

Partition : https://drive.google.com/open?id=1DgKZU4wESPf23E7KAB21svHrU-g89XOB
Sortie sur disque :  Album Du souffle, étiquette Actuellecd, paru le 3 décembre 2015, https://quasar-actuellecd.bandcamp.com/album/du-souffle 
Création : Chapelle historique du Bon-Pasteur à Montréal le 24 avril 2013, Fil rouge est une commande de Quasar réalisée avec l’appui financier du Conseil des arts du Canada.
Interprètes lors de la création : Quasar
Reprises par Quasar : 13 mars 2016, New Music Concerts, The Music Gallery (Toronto, Canada) ;
Note : « […] une certaine trace des événements se retrouvent dans le quatuor de saxophones que j’ai écrit pour Quasar en 2012, « Fil rouge » – toute la pièce est basée sur une succession de tableaux aux titres déclinant diverses associations avec les couleur-sensation « rouge », et le premier de ceux-ci s’intitule « rouge-carré-rouge »… La progression harmonique allant se resserrant et aux durées s’allongeant évoque une sorte d’image de « prise en souricière »… » Extrait d’un courriel envoyé par Jimmie Leblanc à Symon Henry le 6 juillet 2018.
Couverture de presse :
https://revuecircuit.ca/articles/26_2/08.5-nouveautes-en-bref/
http://www.nieuwenoten.nl/?p=5050

Que mon silence portera à son plus petit doigt (j’ai ravalé révolte, goûte)
Symon Henry, performance pour percussionniste solo (percussions, bande, enregistreuses cassette, projecteur à acétates), 20 à 45 min. (+ 45 min. pour la diffusion préliminaire de la bande)
Extraits :

Intégrale : https://www.youtube.com/watch?v=A3mpDopM61s&t=5s
Partition et note de programme : https://symonhenry.files.wordpress.com/2013/11/que-mon-silence-portera-c3a0-son-plus-petit-doigt_bilingue.pdf
– 
Création : 1er mai 2013
Interprète lors de la création : Krystina Marcoux (Montréal)
Reprises  : 23/05/2013 par Kasia Kadlubowska (Stuttgart, Allemagne, festival What’s happening du musée d’État du Bade-Wurtemberg) ; Kasia Kadlubowska, 3/10/2013, MH-Stuttgart ; Krystina Marcoux ; 24/04/14, Musée de la Résistance, Lyon
Diffusion : Concerts (Montréal, Stuttgart et Lyon), puis circulation des enregistrements sur YouTube, soundcloud, Facebook et site web personnel
Notes : « Composé en résonance avec les actions de l’activiste égyptienne Aliaa Magda Elmahdy lors du printemps arabe alors que j’étais moi-même fortement impliqué dans les événements du printemps québécois, entre autres au Conservatoire de musique de Montréal. » (reçu par l’entremise de notre formulaire en ligne le 18 avril 2018)
Reconnaissances : Grand Prix John­Weinzweig 2014 (meilleur œuvre) de la fondation SOCAN et Prix Pierre­Mercure 2014 (meilleure œuvre solo ou duo) de la fondation SOCAN
Réactions et/ou couverture de presse partielle :
http://www.artistespourlapaix.org/?p=2505


Kasia Kadlubowska interprétant
Que mon silence portera à son plus petit doigt (j’ai ravalé révolte, goûte) à Stuttgart, Allemagne, lors festival What’s happening du musée d’État du Bade-Wurtemberg, photo : musée d’État du Bade-Wurtemberg

La révolution passera pas à TV
Kick & Snare, chanson, lancement de l’album MÉSADAPTATIONS le 10 mai 2013, 3 min. 29


Description sur bandcamp : « Adaptation de Gil Scott Heron —The revolution will not be televised / Revisitée par Kick & Snare en juillet 2012, crise sociale québécoise » (Texte tiré de la plateforme bandcamp). // Genre : Rap, Spoken word, experimental / Tu pourras pas rester chez vous / Tu pourras pas te brancher, changer de statut, / twitter, ni t’enfuir d’aucune manière / Non, tu pourras pas fuir / Fuir pour prendre une autre bière pendant que les annonces passent / Parce que la révolution passera pas à TV // La révolution passera pas à TV / La révolution sera pas commanditée par Québécor / En quatre parties, sans annonce ni publicité // La révolution montrera pas de photo / de Xavier Dolan ou d’Éric Duhaime / en train d’acclamer la victoire des Nordiques, / de Labeaume, ni de Gérald Tremblay en train d’manger / de la cuisine de rue, interdite dans tout le beau Montréal / La révolution passera juste pas à TV ni dans le journal // La révolution sera jamais menée par / le Gala de l’Adisq, Céline pis René, / Tout ce beau monde qui en parle, ni Marie-Mai. / La révolution te donnera pas d’essai de botox gratuit / La révolution te démêlera pas les cheveux dans douche / à chaque matin, suivi d’un grand cri / Non, la révolution te fera pas suivre mince à vie / Parce que la révolution passera pas à TV // Y’aura aucune photo de toi pis de Jacques Villeneuve / qui poussent un panier d’épicerie tous nus dans rue, / juste avant le grand prix / ou avec Lise Thibault essayant de faire pousser / des orchidées dans une chambre d’hôtel / TVA sera pas capable de prédire le vainqueur avant la fin / des élections ni de la prochaine saison de Star Académie / La révolution passera juste pas à TV // Y’aura pu de photo de policiers matraquant les jeunes étudiants / sur vos profils de nouvelles Facebook à tout bout de champ / Y’aura aucune photo de Gabriel ou de Léo, le poing dans les airs / menant la jeunesse à la rue contre les Néolibéraux / Y’aura aucun ralenti sur Pauline qui frappe une casserole / portant le carré rouge, noir, vert / ou n’importe quelle couleur de l’arc-en-ciel / Et on ne sera plus fiers que pour un festival / Non, on ne sera plus fiers que pour un festival. // La Galère, Loft Story, pis la 20ième saison d’Virginie / seront pu pantoute écoutées ! les femmes s’occuperont pu / de savoir si Seb a enfin réussi à charmer Priscilla / parce que tout le monde va s’en câlisser ben raide / Oui, tout le monde sera ben trop occupé à changer le monde / La révolution passera pas à TV // Y’aura aucun scandale inventé aux nouvelles de 11 h / sur les présumés propagandeurs de rappeurs québécois / qui sont, soi-disant, payés par nos taxes / ni sur le fait qu’un tel ait dit ça, ait fait ça / La chanson thème d’LCN sera pas écrite par Plamondon, / ni chanté par Éric Lapointe, Garou, Roch Voisine / ni aucun chouchou de Cité Rock Matante ni d’Boom FM / La révolution passera pas à TV, ni à la radio FM // La révolution ne sera pas de retour / tout de suite après une p’tite pause / De bandes blanchissantes ou d’savons anti-graisse / ou de pellicules plastiques pelli moulantes / T’auras pas à te soucier du p’tit sapin que t’as juste pas dans ton char / du tigre qui crie régalllllllll dans ton bol de céréales / ni du bonhomme chauve musclé, qui clean toutes tes toilettes / La révolution sera pas meilleure avec Pepsi ou Coke diet / La révolution luttera pas contre les germes / qui causent la gingivite et la mauvaise haleine / La révolution vous donnera pas de coups de bâtons / dans les roues, mais ben le guidon ! // La révolution passera pas à TV, passera pas à TV / a passera pas à TV, a passera pas à TV ! / La révolution passera pas en reprise / à tous les écrans, / à tous les ans // La révolution passera pas à TV / Parce qu’elle est… / Parce qu’elle est… déjà passée. »

Manifestations nocturnes (2013, rev. 2017)
Simon Bertrand, œuvre musicale, pour 6 pianos et six casseroles, 6 min.
Première (sans casseroles) : Festival de Musique de Lachine en juillet 2013
Interprètes lors de la première : Orford Six Pianos
Reprise (avec casseroles) par Orford Six Pianos au Conservatoire de musique de Montréal le 1er mars 2017 pendant le festival Montréal/Nouvelles Musiques de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ)
« Entre 2012 et 2013 ont eu lieu au Québec et un peu partout dans le monde des manifestations sociales d’importance. Du printemps “Arabe” au Printemps “Érable”, au-delà des enjeux politiques, se trouvait aussi un reflet du besoin fondamental de l’individu de manifester, d’affirmer sa divergence au sein d’une société. / Manifestations nocturnes est une œuvre d’un grand symbolisme dans le traitement des idées musicales, ou sont mis en “conflit” » des éléments très archétypaux issus du piano classique et romantique (Beethoven, Chopin…), et une écriture pour piano plus contemporaine (Messiaen, Vivier..), à l’intérieur d’un conflit dans lequel le premier pianiste, au centre de la scène, est souvent le catalyseur, le déclencheur. À l’auditeur de se faire sa petite histoire et sa trame narrative à partir de cette symbolique musicale, s’il le souhaite… »         
Note : Lors de la première, à Lachine en 2013, les six pianistes n’étant pas tous d’accord pour jouer les casseroles pourtant indiquées dans la partition, certains d’entre eux trouvant ce geste trop « politique », l’œuvre a dû être jouée SANS les casseroles… Pourtant en 2017, 4 ans plus tard, le même ensemble à bien voulu cette fois-ci, après quelques discussions avec le compositeur et les organisateurs du concert (La SMCQ) qui ont tous deux insisté sur ce point, finalement jouer avec les casseroles demandées par le compositeur, affirmant que après réflexion que l’eau avait suffisamment coulée sous les ponts depuis 2013 pour que ce geste soit « Depolitisé » et uniquement à valeur « Historique ». »
Notes de Simon Bertrand reçues par l’entremise de notre formulaire en ligne le 4 juin 2018
Couverture de presse partielle :
– https://rejeanbeaucage.wordpress.com/2017/03/02/des-pistes-pour-mnm-2/

Carre rouge sur fond noir
Hugo Samson et Santiago Bertolino, film documentaire, Productions Multi-Monde, diffusé au cinéma Excentris (Montréal) à partir du 30 août 2013 et au cinéma Cartier (Québec) à partir du 6 septembre 2013, 110 min.
Bande-annonce : https://vimeo.com/70491227
Extrait : https://vimeo.com/185737692
Extrait :

facebook.com/carrerougesurfondnoirlefilm
Diffusion : YouTube, vimeo et en salle
Trame sonore : René Lussier
Description sur Vimeo : « Le conflit étudiant : l’envers du décor / CARRÉ ROUGE SUR FOND NOIR suit de l’intérieur la crise étudiante de 2012 et nous projette au cœur des plus importants mouvements sociaux du Québec. En suivant les membres de la CLASSE dans le quotidien de leur lutte, Maxime, Victoria et Justin, ainsi que les co-porte-paroles de l’époque, Gabriel et Jeanne, nous révèlent les dessous de cette grève historique. Grâce à un accès privilégié et unique à l’envers du décor, nous revivons avec eux ce débat public politique qui a littéralement soulevé le Québec durant le “Printemps érable” : réunion de l’exécutif, préparation des points de presse, votes et manifestions, revendications, négociations… mais aussi fatigue, découragement, questionnement. / CARRÉ ROUGE SUR FOND NOIR est un portrait sans complaisance qui propose une radiographie de cette résistance et de ses principaux acteurs et nous dévoile la réalité quotidienne d’une jeunesse militante et inspirée, du premier au dernier jour de la grève. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.